Atelier d'Horlogerie Saint Éloi Vente et réparation de montre ou pendule Saint Saturnin (Auvergne, Puy de Dôme 63)


Vente et entretien de pendules et montres
Puy de Dôme
0664284607

  • Vue d'un mouvement El Priméro de chez Zénith.
  • Chassage d'un tube de boîte.
  • Vue d'une greffe sur une roue de pendule.
  • Déchassage d'un chevillot de montre à échappement à Cylindre.
  • Vue sur le mouvement d'une montre à coq à répétition des quarts.
  • Taille à la scie d'une bascule de montre AS 341.
  • Rouage de minuterie d'une Comtoise.
  • Coq en argent d'une montre signée Clément XVIIIème siècle.
  • Taille d'un ressort pour une montre à coq.
  • Cadran d'une pendule cage.
  • Réparation d'une dent de roue de centre de pendule.
  • Remplacement d'une tige de remontoir.
  • Cadran d'une pendule portique.
  • Ajustage d'une greffe pour une fusée.
  • Râteau d'un carillon.
  • Montre Oméga Sea Master.
  • Montres Tissot.
  • Ajustage d'une greffe pour un barillet de pendule.
  • Pièces d'un chronographe Valjoux 7751.
  • Rouage d'une montre à coq.

Petit lexique horloger

Retour

L'horlogerie est une affaire de précision tant dans les gestes que dans le language. Nous vous proposons ici un petit lexique qui n'a pas l'ambition d'être exhaustif mais de définir les mots usuels employés par les professionnels et le sens horloger de certains mots qui peuvent avoir un sens différent dans le language courant.

A

Affichage : Indication de l'heure et autres données. L'affichage peut se faire soit par des aiguilles se déplaçant sur un cadran (affichage analogique), soit par des chiffres paraissant dans un guichet (affichage digital).
Aiguille : Organe indicateur formé d'une pièce de métal, généralement mince et légère qui se déplace sur un cadran ou un limbe divisé. Les montres ont généralement trois aiguilles pour indiquer les heures, les minutes et les secondes, on parle alors d’aiguille des heures, d’aiguille des minutes ou d’aiguille des secondes.
Ailes : Nom donné aux dents d'un pignon.
Ancre : Pièce maîtresse de l'échappement ainsi baptisée en raison de sa forme d'ancre de navire.
Antichoc : Appellation normalisée accordée à des montres capables de supporter sans conséquences fâcheuses une chute accidentelle d'une hauteur d'un mètre sur une surface dure, répondant ainsi à des critères rigoureusement définis par l'ISO (Organisation Internationale de Standardisation, fondée à Genève en 1947).
Armage : Opération qui consiste à tendre (armer) le ressort d'un barillet, et qui s'effectue soit manuellement (à l'aide de la couronne ou d'une clef), soit automatiquement (par le rotor).
Arrêtage : Dispositif qui limite l'armage du barillet, en réduisant sa course angulaire. Le plus connu de ces mécanismes est l'arrêtage dit à "croix de Malte".
Axe : Terme synonyme d'arbre. Les horlogers ont l'habitude de dire, par exemple, axe de balancier.

B

Balancier : Pièce mobile, généralement circulaire, qui oscille sur son axe de rotation. Le spiral qui lui est accouplé lui imprime un mouvement de va-et-vient, divisant le temps en portions rigoureusement égales.
Barillet : Cylindre en bois ou en métal sur lequel s’applique la force motrice (ressort moteur ou poids) et dont le bord denté entraîne le rouage du garde-temps. L’armage ou le remontage se fait en agissant sur le barillet.
Battement : Nombre de tic-tac obtenus en un temps donné. Une horloge de parquet "bat la seconde", c'est-à-dire une fois toutes les secondes.
Bélières : Anneau de formes diverses, servant à suspendre la montre.
Boîte de montre ou boîtier : Boîte servant à protéger le mouvement de la montre contre les poussières, l'humidité et les chocs. Elle donne encore à la montre un aspect aussi attrayant que possible, influencé par la mode et le goût des acheteurs.
Brucelles : Petite pince qui permet à l'horloger de manipuler les pièces délicates.
Brunissage : Procédé de polissage des pivots à l’aide d’une lime à polir appelée brunissoir.

C

Cadran : Organe indicateur, pièce métallique ou autre qui porte des indications diverses, les heures, les minutes et les secondes pour les montres et les pendules habituelles. Les indications sont données par des chiffres, des divisions ou des signes (index) de formes diverses.
Cadrature : Terme désignant l'ensemble des mécanismes placés entre le cadran et la platine avant.
Cage : D’après J.C. Nicolet, "la cage est le bâti ou le châssis à l'intérieur duquel viennent se loger toutes les pièces du mouvement d’une montre. La cage des horloges est composée de 2 platines tandis que celle des montres est constituée d'une platine et de plusieurs éléments vissés sur elle, appelés ponts".
Calibre : Désigne un type de mouvement (calibre pour homme, calibre automatique).
Carrure : Partie médiane de la boite de montre dans laquelle on place le mouvement.
Chaîne : Petite chaîne, semblable en miniature à une chaîne de vélo pour relier la fusée au barillet.
Chaperon : Roue dont le profil, constitué d'une alternance de creux et de bosses, règle la frappe des heures.
Chaussée : Pignon à friction qui entraîne la minuterie et qui supporte l'aiguille des minutes.
Chevillot : Cheville qui permet de solidariser la roue de centre à la chaussée dans les montres à cylindre.
Chronocomparateur : Appareil qui permet à l'horloger de tester rapidement la marche d'une montre.
Chronographe : Montre ou appareil comportant deux systèmes horaires indépendants : l'un donne l'heure, l'autre enregistre les temps courts. Des compteurs de secondes, de minutes, voire d'heures sont enclenchés et arrêtés sur commande. Ils permettent ainsi de mesurer directement la durée précise d'un phénomène
Chronomètre : Montre ayant passé, dans des bureaux officiels, un contrôle rigoureux de marche portant sur sa précision.
Compenser : Corriger un effet source d'erreur, tel celui des écarts de température, sur la marche des montres.
Contre-pivot : Pierre non percée servant de coussinet, contre laquelle vient le pivot de l'axe du balancier.
Coq : Pont de balancier des montres servant de palier à l'axe de balancier.
Coq de balancier : Pont de balancier ouvragé fixé à la platine inférieure d'une montre.
Coqueret : Rondelle métallique utilisée par les horlogers français à la place de la pierre de contre-pivot.
Cornes : Protubérances soudées sur le boîtier d’une montre qui permettent de fixer le bracelet à la montre.
Couronne : Bouton moleté situé à l'extérieur du boîtier de la montre et utilisé tout autant pour remonter le ressort que pour la mise à l'heure de la montre ou la mise à date du calendrier si celle-ci en possède un.
Coussinet : Trou de pivotement ménagé directement dans la platine en laiton, où se meut un pivot en acier du train de roues ou de l'échappement.

D

Denture : Ensemble des dents qui composent l’engrenage des roues ou les pignons.
Détente : Levier qui maintient puis déclenche un mécanisme et qui régularise son mouvement.
Dérive : Variation de marche d'un garde-temps.

E

Ébauche : Ensemble de pièces non assemblées du mouvement (platine, ponts, rouage, mécanisme de remontage et de mise à l'heure, raquette de réglage) et commercialisées sous cette forme.
Échappement : L'échappement compte et entretien les oscillations du balancier. La plupart des échappements de montre sont à ancre ou à cylindre.
Échappement à ancre : Échappement de montre qui donne d'excellents résultats et qui rappelle l'échappement à ancre à recul, à la différence qu'il est libre.
Échappement à cylindre : Échappement dans lequel l'axe du balancier est un cylindre actionné par la denture de la roue d'échappement.
Emboîtage : Action d'introduire et de fixer le mouvement dans son boîtier.
Empierrage : Ensemble des pierres d'horlogerie utilisées dans les trous de pivotement pour réduire les frottements. 
Engrener : Se dit d'une roue dont les dents pénètrent dans les ailes d'un pignon pour le faire mouvoir.

F

Foliot : Traverse oscillante dont chaque bras supporte une masse, des premières horloges mécaniques comme organe régulateur.
Fusée : Pièce conique, reliée au barillet par un une chaînette, et destinée à régulariser la force du ressort.

G

Garde-chaîne : Dans les montres munies d'une fusée, c'est un petit levier qui soulevé par la chaîne, bloque la fusée en fin de remontage. Le garde-chaîne est un arrêtage.
Garde-temps : Cette appellation, réservée depuis peu aux instruments de grande précision servant à la mesure et à la "conservation" du temps, s'appliquait autrefois à tout instrument horaire.
Gongs : Lames de métal, généralement en acier, sur lesquelles viennent frapper les marteaux.
Grande sonnerie : Sonne automatiquement les heures et les quarts.
Guichet : Petite ouverture. Montre à guichet, dans laquelle le cadran est pourvu d'ouvertures sous lesquelles apparaissent des indications diverses : quantièmes, heures, etc.

H

Habillement ou habillage : Ensemble des pièces détachées (boîte, cadran, aiguilles, glace, couronne, etc.) qui, en revêtant le mouvement, contribuent à donner son aspect définitif et utilitaire à la montre.
Heure : Unité de mesure du temps qui s’écoule dans la journée.
Horloge : Terme générique attribué à tout instrument horaire (cadran, horloge mécanique, etc) et que l'usage courant réserve aujourd'hui à un mécanisme horaire non portatif et souvent pourvu d'une sonnerie (pendule ou horloge de parquet), ne fonctionnant que dans une position fixe.
Horloge de clocher : Horloge publique monumentale également appelée horloge de beffroi ou monumentale.
Horloge de parquet : Horloge dont le mouvement d’assez grande taille est placé dans un meuble.
Horloger : Technicien dont le travail consiste à fabriquer, entretenir, réparer les garde-temps.
Horlogerie : Science de la garde du temps.
Huilier : Cavité pratiquée dans les coussinets pour y déposer une goutte d'huile.

I

Incabloc : Forme d'amortisseur le plus fréquemment utilisé aujourd'hui dans les montres.

J

Jacquemart : Première forme d'automate d'horloge, représentant un personnage frappant une cloche.

L

Lentille : Masse fixée à l'extrémité de la tige du pendule.
Levée : Partie de l'ancre sur laquelle vient buter la roue d'échappement de façon à obtenir l'impulsion nécessaire à l'entretien des oscillations. On distingue la levée d'entrée et la levée de sortie.
Levier : Dans un mécanisme de sonnerie, le levier de détente, commandé par la minuterie déclenche à temps le processus, s'oppose au levier d'arrêt, conçu au contraire pour l'arrêter quand tous les coups ont été frappés.
Ligne et pouce : Ancienne unité de mesure encore souvent employée en horlogerie. La ligne vaut 2,256mm.
Limaçon : Came de forme spiralée et portant des entailles qui règlent la sonnerie des heures, des quarts et des demies.
Lunette de montre : Anneau ajusté sur la carrure et qui porte le verre.

M

Marche : Fonctionnement d'un garde-temps, évalué en fonction de sa régularité. On appelle marche diurne l'avance ou le retard qu'il prend en 24 heures par rapport à un étalon horaire de référence.
Minute : Unité de mesure du temps valant soixante secondes. Soixante minutes font une heure.
Minuterie : Il s'agit très exactement, selon René Béguin, d'un mécanisme auxiliaire établissant le rapport de vitesses entre l’aiguille des minutes et celle des heures et composé de 3 éléments : la chaussée, la roue de minuterie avec son pignon et la roue des heures.
Mobiles : En horlogerie on désigne sous ce nom toutes les pièces en rotation dans le mouvement des montres et des pendules.
Montres : Horloges de petite taille pouvant être portées au poignet ou dans une poche et déplacée aisément.
Montre automatique dite aussi perpétuelle : Montre mécanique qui utilise le principe de l'attraction terrestre pour se remonter par les seuls mouvements du bras, lesquels font tourner un rotor qui transmet l'énergie ainsi accumulée au ressort moteur. L'origine de ce système se retrouve dans un document de l'Académie Française des Sciences, daté du 23 décembre 1778, qui décrit une pièce déposée par l'horloger liégeois Hubert Sarton.
Montre "à toc" : Montre dans laquelle un marteau frappe à l'intérieur du boîtier et permet de connaître l'heure au toucher. Imaginée vers 1750 par Julien Le Roy. Ce mot a donné le terme de toquante.
Mouvement : Ensemble dûment assemblé des organes et mécanismes principaux qui composent la montre, soit : le mécanisme de remontage et de mise à l'heure, le ressort moteur, le rouage, l'échappement et l'organe régulateur ou organes réglants (balancier-spiral).
Mouvement de Paris : Mouvement spécifiquement français, à deux corps, de forme cylindrique, adapté aux cartels et aux pendules de cheminée.

O

Oignon : Montre ventrue, semblable à un oignon, produite au XVIIIe siècle par les horlogers français.
Organes réglants (ou régulateurs) : Le balancier et le spiral constituent les organes réglants de la montre mécanique. Ces éléments effectuent le comptage du temps. Dans une horloge, l'organe réglant est le pendule.

P

Palettes : Il peut s'agir tout aussi bien des deux leviers de la verge contre lesquels vient buter la roue de rencontre, entretenant ainsi les oscillations du foliot, que des parties de l'ancre (en acier, en rubis ou en saphir) qui entrent en contact avec la roue d'échappement.
Palier : Pièce fixe supportant un axe. Il y a généralement deux paliers pour tenir un axe sans porte-à-faux.
Parachute : Premier amortisseur de montre, inventé par Breguet.
Pendant : Partie de la montre de poche qui reçoit la couronne de remontoir et la bélière.
Pendule : Ce nom, autrefois réservé aux garde-temps réglés par un pendule, s'applique désormais, à tout garde-temps de gros volume destiné à être posé ou accroché. C’est aussi l’ensemble constitué par un poids suspendu à une tige ou une corde dont le balancement permet de régler l’échappement.
Perpétuelle : Ancien terme, utilisé par Breguet pour désigner une montre à remontage automatique.
Phases de Lune : Indique l'état de la lune : nouvelle, croissante, décroissante ou pleine
Pignon : Petite pièce dentée en acier, ordinairement menée par une roue en laiton plus grande.
Pignon à lanterne ou à fuseaux : Pignon dont les dents sont formées par de petits cylindres ou fuseaux, utilisé à la place du pignon denté.
Pilier : Chacune des 4 colonnes qui relient les deux platines d'une horloge, l'ensemble formant la cage.
Pierre : Coussinet, contre-pivot, palette, utilisés pour réduire les frottements. Généralement en matière synthétique, exception faite des pierres précieuses ou semi-précieuses (rubis, saphir, grenat) pouvant équiper les mouvements des montres de luxe.
Pivot : Extrémité d'un axe tournant dans le coussinet qui lui sert de support.
Platine : Pièce de base sur laquelle toutes les autres pièces du mouvement sont assemblées.
Poids moteurs : Ce sont des poids utilisés comme force motrice, exemple : horloges à poids.
Pont : Pièce complémentaire venant se fixer sur la platine formant le bâti ou cage du mouvement ; les autres pièces sont assemblées à l'intérieur de la cage (partie de l'ébauche).

Q

Quantième : Numéro d'ordre de chaque jour dans le mois : le 10 février. Montre à quantième : montre qui indique dans des guichets le quantième, le mois, quelquefois l'année et les phases de lune. Quantième perpétuel : montre qui indique, en plus de la date, les années bissextiles.
Quart : Période de quinze minutes. Sonner les quarts, se dit d’un garde-temps qui sonne tous les quarts d’heures.

R

Râteau : Secteur denté utilisé dans certains mécanismes de sonnerie au passage qui ne comportent pas de roue de compte (chaperon).
Réglage : Ensemble des opérations tendant à assurer une bonne marche de la montre. Il existe plusieurs sortes de réglages en fonction de la précision recherchée (réglage en différentes positions, réglage aux températures).
Régulateur : Horloge de parquet de précision, munie généralement d'un cadran spécial dont les aiguilles ne sont pas coaxiales. Se dit aussi des organes permettant de réguler la détente du ressort moteur.
Remontoir : Mécanisme qui transmet par l'intermédiaire des palettes d'entrée et de sortie, une force constante au balancier ou au pendule.
Remontoir automatique : Armage automatique du ressort moteur d'une montre par l'intermédiaire d'un volant qui tourne en fonction des mouvements du bras de celui qui la porte.
Répétition : Montre à sonnerie, qui indique les heures par une sonnerie lorsqu'on actionne un poussoir ou un verrou.
Réserve de marche (indication de la) : Affichage sur le cadran permettant de connaître visuellement ou en heures ou en jours l'état de remontage de la montre.
Ressort moteur : Ressort enroulé en spirale à l'intérieur du barillet, utilisé pour produire la force motrice à la place d'un poids.
Ressort spiral : Petit ressort enroulé en spirale attaché par ses extrémités au balancier circulaire et au coq et constituant avec le balancier l’organe réglant de la montre mécanique. Il ramène le balancier à sa position de départ à la fin de chaque alternance.
Rhabillage : Action et résultat de rhabiller, c'est-à-dire de réparer une montre, de la remettre en état de fonctionner.
Rochet : Roue dentée qu'un cliquet oblige à tourner dans un seul sens.
Rotor : Demi-disque de métal lourd que chacun des mouvements du bras fait pivoter librement à l'intérieur du boîtier de la montre automatique, ses rotations arment continuellement le ressort moteur.
Rouage : Ensemble des roues dentées et pignons de la montre.
Rouage de sonnerie : Ensemble des roues et des pignons qui actionnent la sonnerie.
Roue : Roue motrice dentée rivée sur un pignon. Le même arbre est relié à un grand nombre de roues et de pignons.
Rubis : Tous les axes de pivotement soumis à frottement sont munis de pierres, généralement des rubis en matière synthétique, qui les protègent contre une usure excessive.

S

Savonnette : Montre de poche dont la boîte possède des fonds de chaque côté. Celui qui recouvre le cadran est actionné par un mécanisme à ressort appelé "secret".
Sautoir : Petit levier maintenu appuyé par un ressort, destiné à maintenir une roue dans la même position entre deux mouvements.
Seconde : Unité de base du temps correspondant à la 86'400ème partie du jour solaire moyen.
Seconde au centre : Lorsque l'aiguille des secondes est au centre.
Serge : On désigne ainsi la partie annulaire du balancier d'une montre ou d'un chronomètre.
Sonnerie : Dispositif qui sonne à la demande ou automatiquement pour marquer les heures ou pour réveiller à une certaine heure (voir répétition).
Spiral : Voir ressort spiral.
Squelette : Montre-squelette, montre dont la boîte et diverses parties du mouvement sont faites en matière transparente, laissant voir les organes de la montre.
Suspension : Ressort ou fil de soie … d'une longueur donnée, utilisé pour suspendre un pendule.

T

Tachymètre : Instrument de mesure des vitesses. En horlogerie, compteur de sport ou chronographe muni d'un cadran divisé qui permet de lire la vitesse en km/h ou une autre unité.
Timbre : Terme utilisé pour désigner les cloches dans les montres et les pendules à sonnerie.
Toc : Terme utilisé pour désigner les montres à sonnerie qui ne sont munies ni de timbre ni de gongs, dont les marteaux frappent directement sur la boîte. C’est de ce terme que vient le mot toquante pour une montre.
Tourbillon : Dispositif imaginé pour annuler les écarts de marche dans les positions verticales. Il comprend une cage mobile qui porte tous les organes de l'échappement et, en son centre, l'organe régulateur. Le pignon d'échappement tourne autour de la roue des secondes, qui est fixe. La cage fait un tour par minute, elle annule en tournant les écarts de marche dans les positions verticales.
Trotteuse : Qualifie l'aiguille des secondes lorsqu'elle avance par petits sauts.
Trous : En horlogerie, on désigne sous le nom de trous, les coussinets dans lesquels tournent les pivots. Exemple, les trous en rubis désignent les rubis percés.

V

Variation de marche : Ensemble des avances et des retards d'un garde-temps constatés par rapport à un étalon horaire de référence.
Volant : Régulateur de vitesse utilisé dans les mécanismes de sonnerie pour contrôler la vitesse du rouage.

Contactez-nous